Retour aux actualités

Journal de bord #1

Quoi de neuf ? 🚗🌴

Grand départ

Nous sommes partis de Paris pour la Vendée afin de récupérer des goodies Solex et en profiter pour faire un dernier check avec mon grand-père qui est mécano.

Départ à 4h du matin direction Biarritz, arrivée 12h.

Une fois arrivé à Biarritz, nous avons dû passer tous les préparatifs techniques et administratifs. On arrive dans un premier hall où les voitures se font inspecter puis on nous pose les autocollants.
Par la suite, nous nous rendons dans un second hall où nous devons présenter tous nos papiers liés à la voiture, carte grise, assurance, permis ainsi que notre passeport. On nous fait également passer un entretien personnel avec un médecin qui nous conseil selon nos besoins et manques. Le lendemain midi, c'est le départ.

La traversée de l’Espagne en 2 jours.

Des 4L se retrouvent régulièrement sur la voie d’arrêt d’urgences. Cependant, il y en a toujours une ou deux qui s’arrêtent pour filer un coup de main. Un très bon esprit d’équipe règne dès le début du départ : on ne se connaît pas, mais nous sommes là pour la même passion, le même but.

Notre première journée se termine vers 22h à Salamanca, une ville située à 30min de Madrid. Le lendemain, nous sommes partis à 9h pour arriver à Algeziras, une ville à l’extrême sud de l’Espagne, où nous avons pris le Ferry pour rejoindre le Maroc.

Durant ce périple Espagnol, nous n'avons pas eu de gros soucis, seulement des réglages et des ajustements sur le filtre à air afin de gérer au mieux la température du moteur. Sachez que durant le deuxième jour en Espagne, il ne faisait pas moins de 30 °C.
Une fois arrivé à Algeziras notre départ était prévu pour 7h, sachant qu’il fallait y être présent 2h avant pour la douane et le contrôle administratif.

La traversée en ferry dura environ 1h30 ce qui nous a laissé du temps pour nous reposer.

Arrivée au Maroc et conduite sous minimum 40° C extérieur

Sachant que pour le bon fonctionnement de la voiture et de son refroidissement, nous devions rouler avec le chauffage allumé à fond. Cette journée a été extrêmement éprouvante, tant pour la fatigue et que pour notre voiture. Sur les autoroutes, on a eu plusieurs grosses peurs.
Notamment une voiture à contresens sur une voie à sens unique. Des jeunes qui traverse à moins de 10m alors que nous roulons à 100km/h. Ou bien des accidents qui se produise 5 min avant notre passage. On a aussi été effaré par des vendeurs qui se mette au bord de la ligne d’arrêt d’urgence à nous tendre leurs cagots de patates.
Cette épreuve a duré au moins 10/11h.

Bivouac

Une fois installés sur le Bivouac, aucune douche n'était mise à disposition. L’heure était davantage à monter sa tente et à aller chercher de l’essence dans notre jerricane pour l’épreuve d’après. Une fois toutes ces tâches réalisées, la fatigue s'est fait sentir à tel point qu’on s'est endormie dans la voiture en cherchant nos portables.

Rendez-vous Merzouga.

Merzouga est un bivouac qui jonche le désert du Sahara, on y trouve des toilettes et des douches avec un tuyau d’arrosage d’eau froide. Durant cette étape, on est passé par beaucoup de petits villages et de cols de montagnes. Nous nous sommes rendus compte de la pauvreté qui touche les villageois.

La simplicité des villageois nous a beaucoup émus

Mon premier réflexe fut de comparer le PIB du Maroc et de la France… Effectivement, nous sommes 25x plus riches qu’eux. Ceci explique énormément de choses, notamment les maisons pas finies, assemblées de parpaings.
Nous avons pris conscience que toutes ces personnes feront la même tâche toute leur vie : paysan, éleveur de brebis ou d’ânes. Ils n’ont pas l’air d’être malheureux, c’est ça qui est le plus frappant. Durant notre traversée des villages, tous les enfants nous attendaient sur le bord de la route et tendaient leurs bras pour qu’on puisse les checker.

Arrivée à Boulajoul

On retrouve nos copains pour parler de l’épreuve, ce qui nous est arrivé à nous et à notre voiture. On se motive à installer nos affaires, monter nos tentes, aller chercher l’essence, remplir la voiture, puis vient enfin le moment de l’apéro. Ce moment est très attendu par nous tous puisque la température de l’air diminue et devient supportable. C'est un moment rafraîchissant et agréable, car dans la journée si l'on veut boire de l’eau, c'est seulement de l’eau chaude. Effectivement, la chaleur dans l’habitacle de la voiture est si forte qu’elle a même décollée une partie de nos portes. Une fois l’apéro fini, direction les tentes pour pouvoir dîner. Pas de restaurant 5 étoiles, vous imaginez bien. Mais qu'importe, ce n’est pas ce qu’on recherche, on veut juste manger à notre faim pour assurer le lendemain lors de l’étape. Nous partons ensuite se coucher.

La suite au prochain journal de bord